Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Patrick GAMACHE

Lors de la réunion du groupe UMP mardi à l'assemblée et mercredi en bureau politique, le sujet de "l'après" a été abordé. Analyse du Figaro :

"Attention, danger! Comme les 35 heures, qui ont collé aux semelles de Nicolas Sarkozy durant tout son quinquennat faute d'avoir été abrogées, le mariage homosexuel pourrait devenir un piège pour la droite si elle revenait au pouvoir. Car de l'avis de la plupart des juristes, l'annulation pure et simple du mariage pour tous n'est pas envisageable (...) Comment contourner l'obstacle sans désespérer les manifestants ?"

Réécriture de la loi, modification, union civile, référendum... Visiblement les dirigeants de l'UMP ne connaissent pas le mot ABROGATION à l'exception de Guillaume Peltier. 

Hervé Mariton, député UMP, affirme que si l'UMP parti gagne les élections de 2017, le référendum rejeté à l'Assemblée nationale sera mis en place :

"Nous, nous ne nous méfions pas du peuple et donc, en 2017, nous ferions un référendum"

Guillaume Peltier, un des vice-présidents de l'UMP, souhaite que la formation s'engage à abroger la loi sur le mariage pour tous, si la droite revient au pouvoir en 2017 :

"En tant que vice-président de l'UMP, je demande de manière très forte que notre formation prenne un engagement: si nous revenons au pouvoir en 2017, nous abrogerons la loi sur le mariage pour tous (...) Si la loi est votée, il n'y aura pas de rétroactivité, bien entendu. Nous n'allons pas supprimer les mariages et les adoptions qui auront été contractés. Mais, à partir de 2017, si nous revenons au pouvoir, il ne pourra plus y avoir de mariage entre personnes de même sexe ou d'adoption par des couples homosexuels."

Quant au président de l'UMP, Jean-François Copé, il veut l'union civile et promet uniquement de revenir sur l'adoption pour les couples homosexuels :

"On reviendra sur toute la partie adoption. On fera l'Union civile. Je crois que c'est cela qu'il faut qu'on travaille. On ne peut pas rester comme ça" (source)

Je pense qu'il est très difficile pour nous de dire que l'on ne peut plus rien changer après, ce n'est pas possible, les gens ne comprendraient pas. Il faudra d'une manière ou d'une autre que l'on dise aux Français que le jour où il y aura une alternance, s'ils nous font confiance, nous préconiserons une modification de la loi"

Le challenger, François Fillon, n'est pas plus offensif :

"Si nous revenons au pouvoir, nous réécrirons ce texte sur la question de l'adoption, la PMA et naturellement, nous rendrons totalement impossible la GPA"

Pierre Lellouche, proche de François Fillon, s'en fout visiblement et ne veut plus revenir sur ce sujet :

"C'est absurde de se lier les mains. Les gens seront mariés, les enfants auront un état civil, et on reviendrait sur tout ça ? Moi, je ne sais pas faire! En plus, ce n'est pas sur ce sujet que les gens nous attendrons, mais sur l'économie, alors ne faisons pas de la question du mariage gay l'alpha et l'oméga de notre projet politique!"

Luc Chatel, ancien ministre de l'Eduication nationale ayant introduit l'idéologie du gender dans les programmes scolaires :

"Je ne suis pas favorable à l'idée de revenir sur ce texte une fois au pouvoir. J'ai voté contre à cause de l'adoption, mais j'étais pour une avancée des droits des couples homosexuels (...) On se concentre trop sur la question du mariage pour tous"

Le vent tourne. L'UMP fait semblant après avoir profité des podium de la Manif pour Tous. Il ne faut rien lâcher jusqu'en 2017 sinon les millions de Français qui se mobilisent aujourd'hui auront été trompés, il faudra exiger l'abrogation pure et simple ! Dans quelques mois, ce sont les élus UMP qu'il faudra accueillir à notre manière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article